L’école de la passion créative

image en-tête blog

Le designer transformé par le numérique

Peter_Gabor.jpgInterview de Peter Gabor, directeur d'e-artsup, suite à son intervention, lors du lancement du magazine « MCD#66 » à la Gaîté Lyrique le 15 mars.

Le 15 mars, à la Gaîté Lyrique à Paris, à l'occasion du lancement du magazine Musiques et Cultures Digitales numéro 66 "Machines d'écritures" dont e-artsup est partenaire, le directeur de l'école, Peter Gabor est intervenu sur l'avenir du numérique dans les métiers de demain. Interview.

Comment mesurer l'évolution du phénomène numérique ?
 
Tout d'abord, avec l'évolution des unités de mémoires. Nous sommes passés de 300 Mo copiés en une heure et pesant 120 kilos à 1 000 Go qui tiennent dans une poche de veston. Soit 3 000 fois plus de capacités de stockage qui ne pèsent rien, qui coûtent environ 2 280 fois moins cher et qui se copient en deux heures maxi au lieu de 3 000. 1 500 fois plus vite. Le réseau Internet est devenu gigantesque et s'est mondialisé. Nous vivons à l'heure des réseaux sociaux, un magazine typo on line disparaît hier, (Typographe.com) le lendemain Jean-Baptiste Levée relance un nouveau magazine on-line, Point-Typo.com. Ça va vite, très vite.
 
L'usage de l'informatique est devenu un enjeu planétaire. Selon Manuel Lima, designer de dataVisualisation, nous échangeons environ 25 petabytes de données sur Google chaque jour - un petabyte équivaut à un million de giga octets. Nous échangeons en temps réel, et si le monde de la finance a pu spéculer, comme il l'a fait au cours des dix dernières années, c'est en raison de la mondialisation des flux de données qui grâce au haut débit, s'est accéléré des milliers de fois. Demain, tout le monde possèdera son ordinateur, tout le monde sera connecté, presque tout le monde sera sur Facebook ou équivalent (850 millions dès aujourd'hui). Non seulement via son ordinateur mais surtout via les mobiles et les tablettes.

Quelle est la conséquence de cette évolution pour l'économie des logiciels de design ?
 
Jusqu'à présent, le marketing de masse a plus touché le monde du hardware que celui du logiciel. Avec l'iPhone, l'iPad, les Androïd, les applications bon marché se propagent à grande vitesse. Les éditeurs ont compris qu'il vaut mieux vendre à 20 millions d'utilisateurs qu'à 3 000. Ce faisant, les logiciels aujourd'hui complexes vont subir des transformations, des simplifications. Les interfaces vont être de plus en plus intuitives et faciles d'accès.
 
Demain, il est à parier que nos étudiants qui arriveront en première année sauront tous se servir de Flash ou de son futur équivalent et d'AfterEffect ou même seulement de Photoshop (ce qui est déjà le cas aujourd'hui). Pour les polices de caractères, il en ira de même. Il y a eu la période dorée du Postscript. Des Fontographer et des Fontlab. Dès aujourd'hui il existe des logiciels qui sont plus faciles d'accès. N'importe qui pourra numériser son écriture et en faire une police personnelle.

Que devient la valeur ajoutée du designer professionnel ?
 
Je crois que les logiciels, leur connaissance, leur appropriation ne seront plus un atout pour travailler. Ils seront tellement démocratisés que tout le monde saura s'en servir. Bien sûr on continuera de trouver à la marge quelques individus « catégories C » ou « D » (en référence au Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley) qui se cantonneront dans l'exécution. Et, comme dans les métiers de la publication assistée par ordinateur (PAO), on trouvera d'anciennes secrétaires et assistantes, qui apprendront les logiciels aussi facilement qu'une recette de cuisine, pour en faire un métier somme toute et de toute façon provisoires.
 
Mais seul les artistes, les vrais, ceux qui ont appris, ceux qui ont appris à dessiner, qui ont appris à illustrer, à faire de la photographie ou du cinéma d'auteur, à faire du design pertinent et sensible et surtout à raconter une histoire, organiser le sens profond des messages ou des films, seuls les artistes qui maitriseront culture visuelle et historique, que ce soit pour l'image ou la typo ou le graphisme ou le cinéma, auront la satisfaction de se trouver au cœur des systèmes de communication et de création les plus évolués.
 

  • Catégorie :
    Événements
  • Posté le :
    11/04/2012
  • Lien
  • Commentaires : (0)

Poster un commentaire

(Si vous n'avez pas encore écrit de commentaire ici, vous devez être approuvé par le propriétaire du site avant que votre commentaire n'apparaisse. En attendant, il n'apparaîtra pas sur le site. Merci d'attendre).




Saisissez les caractères que vous voyez dans l\'image ci-dessus.

Actus/Blog

11/08/2014Retrouvez la 1re saison d'e-artpl...

Cette année, Yoann Le Scoul et Marc Brouillon (e-artsup promo 2015) ont animé le site Internet de l'école avec e-artplus, un carnet de bord permetta...

icone voir plus

7/08/2014Revivez la cérémonie de remise de...

Moment important pour tous les étudiants de l'école, la cérémonie de la remise des diplômes s'est déroulée en juin dernier à la Maison de l'Unesco (...

icone voir plus

7/08/2014Best Of : Une année 2013-2014 ric...

Comme toute école créative qui se respecte, e-artsup fait tous les ans le plein de projets et de partenariats chatoyants. Cette année 2013-2014 n'a ...

icone voir plus