L’école de la passion créative

image en-tête blog

Un projet, quatre écoles : quand les étudiants d'e-artsup repensent l'entrepreneuriat

Du 11 au 22 janvier 2016, 15 étudiants d'e-artsup se sont joints à ceux d'écoles de commerce (HEC), d'informatique (42) et d'ingénieurs (Télécom ParisTech) pour participer à un challenge innovant. Le but ? Créer un service pour donner naissance à une start-up autour des objets connectés.


Tout a commencé à l'espace Nucleus d'Ivry-sur-Seine mi janvier. Les étudiants découvraient alors cinq briefs client différents, proposés par des partenaires tels qu'Air France, l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) ou Leroy Merlin. Répartis ensuite en équipe pour travailler sur l'un de ces briefs, les étudiants pouvaient enfin démarrer ce défi qui allait durer deux semaines et les voir s'attaquer aux différentes étapes de la création d'un produit.

Un projet complet
Parmi les étudiants impliqués se trouvait Johan Piatkowski (e-artsup promo 2017). Pour lui, ce challenge était surtout l'occasion de rencontrer des profils différents du sien. « C'était très enrichissant, assure-t-il. Cela m'a permis de côtoyer des étudiants plus dans le marketing, capables de vraiment approfondir les questions économiques. J'ai aussi beaucoup apprécié le fait de travailler sur la partie technique avec des étudiants de 42 et de Télécom ParisTech. Le prototype a été vraiment poussé d'un point de vue technique et design, si bien qu'à la fin des deux semaines, il était quasiment commercialisable. » Cet objet dont parle Johan, c'est Spiroo, un spiromètre connecté pour le suivi des patients greffés pulmonaires du service pneumologie de l'hôpital Bichat. « À la base, les greffés du poumon doivent relever et noter leur variation sur un carnet, la prise de note se dégradant souvent au fil du temps, détaille l'étudiant. Spiroo répond d'une autre façon à ce besoin, en passant du papier au numérique. On a dû se rendre à l'hôpital Bichat pour observer en amont le processus actuel, voir de manière générale tous les aspects propres au suivi des greffes du poumon mais aussi sonder les médecins, les aides-soignants et les patients sur leurs besoins. »

e-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_02.jpge-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_05.jpg
Un travail de terrain qu'a aussi dû réaliser Tangi Nguyen-Van-Guayn (e-artsup promo 2017) pour répondre à un autre brief de l'hôpital Bichat : l'optimisation de son service d'urgences. « Le responsable du service avait des besoins très précis : il nous a ainsi demandé d'améliorer son service avec une géolocalisation interne à l'hôpital pour réguler les flux de l'établissement. Si, au départ, notre bracelet connecté de localisation nommé Macroscope ciblait uniquement les patients, nous avons peu à peu décider de l'étendre au personnel médical et aux aides-soignants. Pour cela, nous avons dû réfléchir sur la problématique de l'hygiène liée à l'utilisation d'un bracelet en milieu hospitalier : nous avons alors repris l'idée des bracelets jetables déjà utilisés dans les hôpitaux auxquels nous rajoutons un boîtier connecté adapté et associé à une application. »

e-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_01.jpg

Johan et le prototype de Spiroo

e-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_03.jpge-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_06.jpgLe projet de bracelet Macroscope pensé par l'équipe de Tangi

Le début de véritables start-ups ?
Au final, c'est le projet Spiroo qui s'est vu attribuer la première place du challenge par un jury composé de professionnels. En plus du prestige de la victoire, Johan et ses coéquipiers repartent avec une formation au TechShop dans la poche. De quoi inciter l'équipe à ne pas en rester là. « Il y a toute une partie packaging à continuer et à pousser encore plus, étant donné que je m'étais surtout concentré sur la forme du produit en collaboration avec l'équipe technique, confie Johan. Si l'on veut que le produit finisse réellement sur le marché, il faudra encore perfectionner certains points. Dans les prochains jours, nous devrions d'ailleurs rencontrer Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP et les responsables de l'hôpital Bichat pour en discuter ensemble. »

e-artsup_hec_42_telecom_paris_marathon_challenge_objets_connectes_entrepreneuriat_2016_iot_start-up_equipe_creation_design_04.jpg